t’as pas ton url facebook

Ca y est ‘m’sieurs, dames, vous pouvez avoir votre nom ou votre pseudo dans une URL facebook. Depuis ce matin, 6:01, et oui, le :01 est important, nos amis du livre des visages nous permettent de personnaliser notre accès au réseau mondial des gens de partout-ailleurs-loin. L’angoisse était à son paroxysme lorsque hier soir, curieux, je découvris le compte à rebours anxiogène nous amenant vers cette révolution monumentale. hum…

image

C’est quand même étrange, l’engouement encore une fois suscité par cette nouvelle alors que tout le monde s’en foutait 10 minutes avant l’annonce. Enfin, ce matin, non pas que je me sois réveillé pour cela mais puisque c’était le cas, j’ai enregistré mon URL et bingo, eurêka, et autre youpi joyeux, j’ai pu personnaliser mon facebook avec mon vrai prénom et mon vrai nom : http://www.facebook.com/christophe.sanchez. ça pète non ? non ! Ah ! J’en suis tout ému, pourtant.

image

Quoi qu’il en soit, je vais rarement la taper cette url ni même la donner dans la rue à quelqu’un sur un morceau de papier. Et pour ceux qui viendraient grossir la horde de mes amis, il y a de fortes chances qu’ils le fassent soit en cliquant sur le badge de profil à gauche, soit en cliquant sur mon nom dans un commentaire au pays du blanc et du bleu clair/foncé. Il en demeure pas moins que pour certaines marques ou autres blogueurs z’influents, avoir son nom en URL peut s’avérer une bonne chose afin d’améliorer leur visibilité sur la toile. Quoique, a-t-on vraiment besoin de facebook pour ça ? Je sais pas.

Dans la lancée, je me suis dit pourquoi ne pas immortaliser pour la postérité 2.0 (voyez, ça va pas loin non plus) le pseudo arf. J’ai donc créé un autre compte et surprise, impossible pour les petits jeunots facebookistes de personnaliser leur URL. Et oui, fallait le faire avant le 9 juin.

Bon, soyez sympas, de me prenez pas mon pseudo sur facebook. Oh, la demande niaise et pieuse !

image

edit du 15/06 : A lire sur le blog de calepin un article sur le livre facebook, et moi, et moi, et moi ! émois ?